="fr"> L'app. tueuse, par Guillaume - Libellulus
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 15:03

Il y avait quelques mois que j'étais commissaire de police au commissariat de Paris dans le treizième arrondissement. Tous les jours, je m'occupais d'enquêtes concernant l'informatique telles que des escroqueries sur le web. J'avais un dossier important à régler; celui de la mort étrange d'un homme d'une cinquantaine d'années devant son ordinateur. Je devais aussi enquêter sur une femme qui s'était fait escroquer et qui avait perdu quatre mille euros dans l'affaire. Mais je ne m'y intéressais guère, préférant rencontrer mes amis et m'amuser avec eux en faisant la fête.
Après une de ces fêtes, je m'étais couché tard et j'avais décidé de rester au lit toute la matinée et d'aller au travail seulement en début d'après-midi. Du coup, mon patron haussa le ton avec moi. Il me demanda d'être plus sérieux dans mon travail.
C’est alors que j’appris un deuxième décès puis un troisième d'une personne d'une cinquantaine d'années devant son ordinateur et sans trace de violences ou de sang. Cela m'intriguait ! Ces trois personnes habitaient à Paris ! Était-ce un tueur en série qui commençait à ravager la ville lumière ? Je décidai de me pencher de plus près sur cette affaire après avoir réglé quelques petits dossiers.
Pour la femme escroquée, c'était en fait son mari qui avait perdu beaucoup d'argent en jouant au poker. Affaire réglée !
Les personnes décédées avaient toutes téléchargé et ouvert une application nommée « Castle Street View», souvent abrégée « C.S.V. », juste avant leur trépas. Cette application permettait de se déplacer virtuellement dans un château en ruines situé en Dordogne. Leurs ordinateurs étaient tous restés allumés sur cette application. Le personnage virtuel était, dans tous les cas, resté devant une porte au-dessus de laquelle était écrit « Ne pas entrer ». J'interrogeais les femmes des malheureux et deux d'entre elles me confièrent que leur mari restait sur son ordinateur toute la journée et qu'il prenait des amphétamines pour ne pas s'endormir devant son écran. La première victime était morte le quatorze avril à seize heures trente-six et son ordinateur était inactif depuis le même jour à seize heures trente-quatre. Il y avait aussi deux minutes d'écart pour les autres victimes entre leur mort et la dernière action de leur ordinateur. C'était donc bien C. S.V qui tuait les personnes !
En soirée, une fois chez moi, je décidai de chercher le logiciel tueur et de le télécharger. Une fois l'application téléchargée sur mon ordinateur, je commençai à me déplacer dans le château. Le paysage était vraiment inquiétant. J'explorai le monument en ruine. Au sol, il y avait des grosses traces de pas que je suivis. J'arrivai alors devant une barrière. Je l'enjambai et j'atteignis enfin un escalier souterrain, je le descendis, puis arrivai dans un couloir sombre et effrayant. Je suivis les empreintes au sol qui étaient fraîches. Au bout du couloir, une porte. Je m'approchai et vis alors la plaque « Ne pas entrer ». Je pris peur.

Guillaume, 4, 17/12/2014

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages