="fr"> Fabliau : Le fils du meunier et la fille du vilain, selon Donna - Libellulus
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 21:23

«  Ecoutez l’histoire qui est arrivée jadis à la campagne, plus précisément encore, dans un petit village.

Clochette  (joli prénom) était la fille d’un vilain. Ils avaient un âne qu’ils adoraient énormément. Un matin comme à son habitude, Clochette allant donner du son à son âne, s’aperçut qu’elle n’en avait guère. Elle partit alors en chercher chez un meunier. Elle y rencontra un jeune homme qu’elle trouvait charmant ! Il devait avoir son âge. Elle lui demanda :

        « Pouvez vous me donner un peu de son pour mon âne ? »

Le jeune homme, s’empressa de le faire et devint aussitôt amoureux de la belle Clochette. Un vrai conte de fées !

Désemparé, le jeune homme alla demander conseil à son père pour savoir comment séduire celle qu’il aimait tant. Celui-ci lui dit :

       « Fais-lui tourner la tête, fais-la tomber sous ton charme ! »

Le fils du meunier était un naïf, malheureusement !

Le soir venu, il partit mettre son plus beau costume, il cueillit de belles fleurs, et courut à la maison de Clochette. Il sonna, tout content, et mit le bouquet de fleurs devant sa tête et Clochette ouvrit :

      « Oh ! Quel beau bouquet de fleurs ! »

Il lui donna le bouquet de fleurs, et sans hésitations, la fit tomber au sol et lui tourna la tête.

La jeune fille voulut s’enfuir en courant, mais soudain elle réalisa que ça pouvait être une belle façon de dire « Je t’aime ». Alors elle resta. Le beau jeune homme, fils de meunier, l’embrassa.

Cette histoire vous montre, une fois de plus, que le sens figuré et le sens propre, sont totalement différents et qu’ils ne sont à ne surtout pas confondre...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages