="fr"> Libellulus - publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:34

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.

Il taillait toutes sortes de choses. Au début, il avait du mal, le petit apprenti mais au fil des jours, il réussissait peu à peu à tailler plein de choses extraordinaires qui lui venaient comme ça.

Un jour alors qu’il commençait une nouvelle pièce, il ne put réussir et, de dépit, la déchira. Si le roi l’avait vu, il aurait été furieux après lui. En y songeant, Nidui commença à avoir peur mais une semaine passa et toujours rien, aucune sanction. L’apprenti était content que le roi n’ait rien vu. Quand le jour suivant, le roi convoqua l’apprenti, celui-ci, qui ne pensait plus à la bêtise qu’il avait faite, l’air de rien arriva devant la porte du roi. Mais là, panique ! Il se souvint qu’il avait fait une bêtise. Il prit ses jambes à son cou puis il s'arrêta, réfléchit et enfin rentra au château. C'est alors que le roi lui dit :
«Jeune homme, est-ce vous qui avez déchiré cette pièce-là ? »
Le jeune homme un peu perdu balbutia timidement.
« Oui, Sire, c’est moi est-ce un problème ? »
Le roi le regarda et dit.
« Non, justement j’adore cette pièce ! Elle est tellement simple ! Il faut que vous en fassiez d’autres ! »

 

Ce fabliau vous montre, Messeigneurs, que le pire produit parfois le meilleur.

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:20

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.

Un jour Nidui était dans la boutique, il taillait des chausses quand soudain le roi entra :
« Quand sonnera l’angelus, je veux que vous soyez  dans le jardin, ordonna la roi.
- Majesté, pourquoi dois-je aller dans le jardin ? demanda Niudi.
- Pour un buffet chaud que j’offre à tous mes employés pour la fête de Pentecôte, dit-il.
- Bien c’est compris, à tout à l’heure !» dit Niudi.
Niudi reprit son activité minutieusement car s'il ne s’appliquait pas, il aurait affaire au roi ou à son maître tailleur. Une heure passée, Nudui se rendit au jardin. Une demoiselle venait vers lui, il fut tenté de prendre ses jambes à son cou mais, se ravisant, il l’aborda avec gentillesse.
« Bonjour, belle demoiselle, comment allez-vous ? demanda Nuidi.
- Bonjour jeune homme je vais merveilleusement bien, » dit la jeune demoiselle.
Ils allèrent s’asseoir et dînèrent côte à côte.

À la fin du repas, Nuidi proposa une dernière coupe à la jeune femme. Elle accepta puis Nuidi rentra à la boutique et le jeune femme rentra au château.

Devant les femmes, Messeigneurs, ne prenez jamais vos jambes à votre cou. Restez naturels, croyez-moi, c’est la morale de ce fabliau.

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:13

 

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.

Un jour, le roi demanda au tailleur de lui confectionner une tenue pour un banquet. Le tailleur donna cette tâche au plus doué de ses employés, Nidui. Le lendemain, le tailleur réclama à son employé le vêtement qu'il avait confectionné. Le tailleur alla tout fier donner cette tenue au roi et lui dit : « Je pense que c'est la plus belle tenue que j'aie confectionnée pour vous. »

Le jeune Nidui n'était pas très loin, il voulait savoir si ce qu'il avait fait plairait au roi. Quand il eut compris que le tailleur faisait croire au roi que c'était lui qui avait fait la tenue, vous pensez bien qu'il n'était pas d'accord, alors il songea à prévenir le roi que c'était lui qui avait fait la tenue et non le tailleur. Mais il se dit que, en même temps, le tailleur serait renvoyé ce qui voulait dire qu'il n'aurait plus de patron, alors il réfléchit à une autre idée : faire un compromis avec le tailleur.

Il alla voir le tailleur en lui disant qu'il n'était pas d'accord avec le fait que son travail n'était pas reconnu et qu'il voulait faire savoir au roi qu'il avait lui-même fait la tenue. Le tailleur accepta, alors ils allèrent tous deux dire au roi que c'était Nidui qui avait fait la tenue.

Le roi trouvait qu'il fallait du courage pour l'avouer alors il murmura à l'oreille du tailleur en lui disant qu'il serait bien qu'il nomme Nidui apprenti tailleur.

 

La morale de ce fabliau va de soi : bon compromis vaut bien plus que conflit.

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 16:05

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.

Un jour le roi demanda à ses tailleurs de créer trois magnifiques robes pour les servantes, car il y avait une grande fête au château et tout le monde devait être beau. Alors les tailleurs se mirent au travail. Nidui, coupa, piqua, cousit, il se dépêchait car la fête ne tarderait pas à arriver, dans deux jours. Puis la nuit tomba, les tailleurs allèrent se coucher alors qu’ils avaient à peine commencé une robe. Ils dirent à Nidui de travailler sinon le roi allait s’énerver. Alors Nidui se dépêcha, il finit sa première robe, puis sa deuxième et enfin sa troisième. Il se coucha très, très tard, énormément fatigué. Ă l’aube, il se leva très fatigué. Il regarda les trois robes, fit deux, trois retouches. Les tailleurs arrivèrent dans l’atelier. Ils virent les trois robes et s’exclamèrent :

« Nidui ! Comment as-tu pu faire ces trois MAGNIFIQUES robes, en si peu de temps ? »

Nidui leur répondit :

« Je me suis tout simplement dépêché. Mais ce n’est pas le tout, nous allons les montrer au roi ».

Ils arrivèrent devant le roi, ils lui montrèrent les trois robes, et le roi s'exclama :« Elles sont magnifiques ! »

Enfin arriva le jour de la fête, tout le monde était beau. Mais Nidui remarqua que le roi avait dit à la princesse que c’étaient les tailleurs et non Nidui qui avaient créé les robes. Alors Nidui s’inquiéta et demanda conseil à son amie Sophia. Elle lui donna ce conseil : « Ne t’inquiète pas tu n’as qu’à faire l’âne pour avoir du son ».

Alors Nidui remercia Sophia puis arriva devant la princesse, se mit à quatre pattes et fit l’âne. Tous les invités se mirent à rire.  Il ne comprit pas, il alla voir Sophia et lui demanda pourquoi tout le monde avait ri, elle lui expliqua : «  Quand je t’ai dit, « Tu n’as qu’à faire l’âne pour avoir du son » je ne te demandais pas d’imiter l’âne et son cri ! ».

Nidui vexé s’enfuit et on ne le revit plus car il eut honte.

Il ne faut pas être jaloux car la jalousie peut rendre les personnes folles. Et surtout ne pas prendre au sens propre les expressions de sens figuré.

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 18:44

Le tailleur du roi et son apprenti


Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.


Un jour, arrive dans l’atelier un messager du roi. Il demande à parler au tailleur. Le tailleur lui demande ce qu’il veut. 

« Le roi voudrait une cape de cérémonie, déclare alors le messager. 

_ Soit, je ferai une cape, lui répond le tailleur puis, se tournant vers le jeune Nidui: Prends des mesures et fais un patron pour la cape ! 

  _ Cependant je dois vous préciser que vous avez juste un délai de deux jours sinon vous passerez tous au bûcher !» ajoute le messager avant de s'en aller. 


Alors, la panique monta dans l’atelier et beaucoup d’employés rendirent leur tablier, il ne restait que Nidui et le tailleur pour faire cette cape. Ils se jetèrent un long regard de désespoir. Enfin le tailleur dit à son apprenti :

« Serrons-nous les coudes et faisons cette cape.»

Nidui avec un grand sourire acquiesça. Ils se mirent au travail.

Le deuxième jour, il ne restait plus que les fils d’or à coudre sur la cape. Le jeune Nidui remarqua que le tailleur s’était endormi, il avait passé un jour et une nuit sans s’arrêter de travailler. C'est alors qu'un incident survint : il avait besoin d’une aiguille et le tailleur dormait dessus. Il attendit son réveil avec anxiété pendant deux longues heures. Enfin, le tailleur se réveilla et Nidui put prendre l’aiguille et achever la cape.

 Le lendemain le tailleur et Nidui se rendirent au château et donnèrent la cape au roi qui déclara : « Vous avez tenu parole, vous méritez d’être mes tailleurs personnels. »

 

Croyez-en ce fabliau, Messeigneurs, il ne faut jamais reculer devant un obstacle.

Partager cet article

Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 14:34

Le tailleur du roi et son apprenti


Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.

Un jour, alors que Nidui taillait, tout à coup le maître tailleur, Messire Le Hénaf, dont le surnom était Messire Pâté, arriva à l'atelier en disant :

« J'ai gagné le concours du meilleur maître tailleur alors le roi m'a demandé de lui faire une tenue complète avec l'aide d'un apprenti maître tailleur, alors voici ce que je propose : engagez-vous dans le mini concours que j'organise si, bien sûr, vous voulez devenir maître tailleur par la suite ! C'est une occasion à ne pas laisser échapper ! Et ça se passera dès demain. À bientôt ! »

Nidui, sans aucune hésitation, s'inscrivit. Il y pensa toute la nuit. Le grand jour arriva, il fut appelé et se présenta au jury. On lui posa des questions sur les étoffes, les fils, la taille et la couture. À la fin des épreuves, d'après lui, il avait tout réussi !

Le moment des résultats arriva, Messire Le Hénaf déclara :

« J'ai décidé de prendre Nidui comme apprenti maître tailleur car il a fait un sans faute.

_ Merci ! répondit Nidui, si ému qu'il ne put en dire plus.

_ Nous avons du pain sur la planche, alors pour demain, Nidui, vous faites ça ! _ il lui montra un patron_ à demain ! » dit le maître tailleur.

Nidui travailla toute la nuit et le lendemain, il alla au château et donna le tenue à Messire Le Hénaf pour qu'il aille la présenter au roi. Celui-ci adora sa tenue. C'est ce jour-là que Nidui et Messire Le Hénaf sont devenus les deux maîtres tailleurs du roi et ils le sont restés jusqu'à leur mort.


Ce fabliau vous montre qu'il faut toujours croire en soi et en ce que l'on fait ! 

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 11:14

Le tailleur du roi et son apprenti


Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.  

Mais un jour le roi dit à Nidui : "Tu feras les habits de ma fille, la princesse Anna, à présent."
Nidui prit ses jambes à son cou car il eut peur mais à son retour le roi lui dit : "Naie pas peur, tu travailleras pour elle comme tu le fais pour moi."
Nidui fut rassuré. Il fit connaisance avec la princesse Anna . Au bout de la première semaine, la princesse Anna lui dit : "Si tu me fais de belles robes, tu deviendras mon prince."
Nidui tout joyeux accepta ce défi avec plaisir.
Toutes les semaines, la princesse Anna lui demandait de lui faire de nouvelles et  belles robes. Anna trouvait toutes ses robes très jolies. Elles n'avaient jamais la même forme. La princesse Anna avait hâte au 21 juillet. C'était ce jour-là que toutes les princesses de France se réunissaient avec toutes de merveilleuses robes pour savoir laquelle serait la plus belle des princesses.
En attendant ce jour, la princesse Anna demanda à Nidui de lui faire la plus belle de toutes les robes avec un tissu de précieuse soie orientale et des broderies en filet d'or. Nidui mit du coeur à l'ouvrage, il tailla, cousit, broda, il y mit tout son talent. Quand la princesse Anna reçut sa robe, un seul mot sortit de sa bouche: "Merveilleuse!"
Alors Nidui lui demanda quand il allait devenir prince. Et la princesse Anna lui répondit en ricamant : "Tu m'as crue ! Mais tu m'es qu'un petit couturier! "
 
 
La morale de cette histoire, c'est qu'il faut se méfier et ne pas toujours écouter ce que disent les gens.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 23:59

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.  

 

Un jour, le roi lui ordonna de lui confectionner un vêtement avec le tissu le plus rare et le plus beau. Nidui, apprenti depuis peu au service du roi, ne sut par où commencer. Il demanda conseil à son maître, François. Celui-ci l’envoya voir le vendeur le plus renommé du village. Il avait la réputation de vendre les tissus les plus rares, mais aussi les plus chers. Le jeune tailleur, ayant peu de moyens, s’aventura dans la boutique sans savoir la richesse qu’il fallait pour s’offrir ces étoffes.

 

À partir de l’instant où il pénétra dans le magasin, il tomba des nues. Jamais de sa vie il n’avait vu de telles merveilles. Sur les étagères, étaient soigneusement enroulés, des rubans multicolores, des pelotes de laine et toutes sortes de fils. Il aperçut également de fines soieries et des tissus de textures variées. Le vendeur s’approcha de Nidui et lui demanda s’il pouvait faire quelque chose pour lui. Le garçon lui expliqua pourquoi il était venu. Le vendeur lui indiqua qu’il trouverait ce qu’il cherchait au Puits d’Argent qui contenait, selon la légende, la magnifique Soie d’argent. Ce puits se trouvait aux pieds des montagnes près du village. Le jeune tailleur se mit en route après être allé prévenir François qui était présent lors de son départ. Quand il découvrit le fameux puits, il s’y pencha et une voix inconnue lui dit :

« Qu’est-ce qui t’amène par ici, ô jeune Nidui ? »

L’intéressé fut d’abord pris au dépourvu en entendant son nom.

« Je cherche la Soie d’Argent, répondit-il à la voix.

- Tu ne l’auras pas sauf si tu prends tes jambes à ton cou pour voir le vendeur de tissu de l’autre côté de la montagne. »

Nidui fut surpris de cette demande. Alors il s’assit, attrapa ses jambes pour les ramener à son cou, en vain.

« Aïe, aïe, aïe ! Pourquoi m’as-tu demandé cela ?! Çà m’est impossible !

- Ah, ah, ah ! Sers-toi de ta tête, ignorant ! Tu n’as rien compris ! Mais, tu m’as bien fait rire. Je t’ai menti car d’habitude, tous les autres partent en courant ! Tiens ! Je t’offre la Soie d’Argent ! » conclut la voix. Le tailleur resta hébété pendant un moment, s’empara de l’étoffe et s’en retourna tout en pensant aux paroles de cette mystérieuse voix. Dès son arrivée au village, François l’accueillit chaleureusement et écouta son récit. Quand il eut terminé, François éclata de rire et, quand il eut reprit son souffle, il expliqua à Nidui ce que signifie « prendre ses jambes à son cou ». Le jeune apprenti sortit de sa besace le cadeau qu’il avait reçu, sous les yeux ébahis de son maître. Le garçon se mit alors au travail. Une  semaine plus tard, il apporta sa création au roi.

« C’est superbe, Nidui ! Je suis satisfait et je te remercie. En guise de récompense, je t’offre ces cent pièces d’or qui seront amenées chez toi pour ce soir.

- Merci ! Merci beaucoup votre majesté ! » Il rentra chez lui et continua de coudre et de tailler, tout en allant rendre visite à la voix du puits de temps en temps !

 

 

Vous le voyez, Messeigneurs, ce fabliau vous montre qu'ignorance et naïveté font parfois opulence et gaieté.

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 23:45

Le tailleur du roi et son apprenti


 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.


Nidui avait un ami tailleur à qui il confiait tous ses secrets, il s’appelait Tamui. Nidui et Tamui avaient un ennemi qui restait toujours avec eux, même s’ils lui disaient de partir. Mais ce garçon, qui se prénommait Baccuile, était sot.

Un jour Nidui en eut assez et dit à Baccuile :

« Est-il vrai que tu n’aimes guère le roi ? »

Celui-ci répondit :

« Non, c’est un tyran et voyez ce qu’il nous donne à coudre !

_ Et bien, fais-lui une grimace dans le dos, le jour où il viendra récupérer sa nouvelle tenue, et prends tes jambes à ton cou avant qu’il ne réalise. »

Le jour suivant, le roi vint chez le tailleur pour vérifier le travail commandé et Baccuile fit ce que Nidui lui avait dit : Il se posta derrière le roi et fit une horrible grimace avant de tomber à la renverse en portant ses jambes à son cou.

Le roi était furieux :

« Gardes, emmenez-moi ce jeune imbécile qui manque de respect à notre majesté »

Dans leur coin, Nidui et Tamui ont mal aux côtes à force de rire en voyant leur camarade se faire enlever. Mais avant de partir le roi voit Nidui, il lui demande :

« Pourquoi ris-tu ? »

Nidui se sent mal, il balbutie :« Je… je ris car… euh je ne... ne le … l’aime pas trop. »

Le roi dans un demi sourire répond :

«Tu es Nidui n’est-ce pas ?

- Oui »

- Il parait que tu es un bon tailleur, je t’emmène donc aussi, tu me confectionneras des vêtements. »

Et c’est ainsi que Nidui partit avec le roi et devint le meilleur tailleur du pays.

 

Retenez cette leçon : à malin, malin et demi.  

 

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 23:35

Le tailleur du roi et son apprenti

 

 Oyez, Oyez braves gens ! Écoutez cette histoire d'avant ! Prêtez-moi votre oreille pour ouïr conte sans pareil ! Il y avait jadis un roi qui avait un excellent tailleur ; ce maître tailleur avait à son service une équipe d’employés qui cousaient ce qu’il taillait. Parmi ceux-ci se trouvait un jeune garçon tailleur, nommé Nidui, très habile dans son métier car il savait parfaitement coudre et tailler.


Aujourd’hui est un grand jour : le roi doit marier sa fille. Il charge le tailleur de lui créer une robe pour cette occasion. Ni une, ni deux, les apprentis vont chercher du fil, du tissu, des aiguilles et commencent à coudre. Soudain, les cloches retentissent ; elles préviennent des dangers. Dans la boutique du tailleur, tous sont affolés et vont se cacher derrière les étagères. Nidui, lui, reste avec son patron.

Bientôt, des étrangers arrivèrent dans la pièce, armés. C’est alors que le maître tailleur chuchota à Nidui :

«Tu sais, il y a quelques années, la même chose s’est produite : des brigants étaient venus ici, au château. J’étais à l’époque, un serf. Mon ami Marco a, sans aucune explication, pris ses jambes à son cou et a réussi à s’échapper. Pendant une semaine, nous avons subi plusieurs sortes de tortures. Nous avons réussi à les faire fuir… »

A ces mots, Nidui sortit de sa cachette et grimpa sur une table. Il prit ses jambes à son cou, mais pas dans le sens que vous pensez. Il s’écrasa sur la table, les étrangers s’éclaffèrent. Ils dirent : « Nous n’allons pas vous faire du mal, nous sommes venus pour le mariage  de la fille du roi ! » Tous les tailleurs sortirent de leur cachette et se mirent à rire.

Les invités proposèrent leur aide à la couturière pour la robe de la mariée. Puis vint l’heure de la cérémonie. Nidui et son patron apportèrent la robe à la jeune fille.

Le roi maria sa fille et leva sa coupe en hommage au tailleur et à son apprenti.


Ce fabliau vous le montre : Il ne faut pas se fier aux apparences d’autrui.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages