="fr"> histoire d'un jambon sale pour l'hiver - Libellulus
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:45

Une nuit agitée

 

C’est l’histoire d’un riche paysan et de son épouse qui avaient plusieurs enfants. Cette histoire s’est passée en fin d’automne où la neige commençait à tomber sur la campagne. La femme sala un jambon avec son mari pour l’hiver. Le soir, le paysan alla ramasser ses bêtes et laissa son taureau, comme tous les soirs, dans le pré pendant que sa femme couchait leurs enfants. En rentrant, le paysan, qui avait plus d'un tour dans son sac, mit le jambon dans la cave et le remplaça par une buche, qu’il avait  recouverte d’un tissu rose : on pouvait ainsi la confondre avec le jambon. Ensuite il alla se coucher.

Au milieu de la nuit, deux larrons pénétrèrent dans le logis. C’étaient deux frères. L’ainé se dirigea vers la cuisine, quant à l’autre il resta dans le couloir où il y avait les chambres à coucher. Il entra dans la chambre des filles. Tandis qu'il fouillait  dans la cuisine  et ne trouvait pas le jambon, l'aîné des deux frères  entendit un bruit alors sortit vite se cacher dans l’angle de la maison. Le second des frères fit grincer la porte et pour ne pas se faire voir par le paysan, il sortit. Mais Perrine l’une des filles qui ne dormait pas l’avait entendu et prévint son père. Il sortit et alla voir dans le jardin. Pendant ce temps l’ainé montait et il entra dans la chambre de la femme. Le cadet quant à lui s'empara du faux jambon dans la cuisine et il prenait déjà la poudre d'escampette quand il croisa le paysan. Il resta sans voix. Le paysan l’attrapa par les cheveux et l’entraina ainsi dehors et l'aîné des frères, entendant du bruit dehors dit : « C’est toi frère ? »

Alors le paysan se montra avec le frère cadet. Le paysan siffla, un taureau arriva et par ses cornes emporta les deux frères avec le faux jambon.

Le paysan retourna se coucher et le reste de la nuit fut tout à fait paisible pour presque tout le monde.

Quand on veut faire du mal aux autres cela se retourne souvent contre soi.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:15

Les  paysans et les deux voleurs

Je vais vous raconter une histoire au sujet d’un riche paysan et sa femme qui allèrent à la fête du village, un hiver.

 C’était le 15  Décembre  899, le paysan et sa femme allèrent à la fête du village. Ils  achetèrent du bon jambon salé chez Messire Bonchère, le boucher, et ils rentrèrent   chez eux. Puis le paysan mit le jambon sur la table, pour le manger le lendemain. Peu après, ils allèrent se coucher.

Mais pendant la nuit, deux voleurs pénétrèrent dans la maison pour prendre le   jambon, alors le paysan se réveilla, alla voir ce qui se passait en bas : il  ne remarqua rien.

Il retourna dans son lit, il entendit encore du bruit, il décida de redescendre : mais  cette fois, le jambon salé avait disparu ! Il jeta un coup d'œil  dehors, il vit qu'aucune   des portes n’était fermée, il boucla entièrement le portail.

Cependant les deux voleurs se retrouvèrent  nez à  nez avec la femme dans la chambre, car ils étaient montés pour se cacher. Dans le noir, celle-ci pensa que c'était son mari. Un des voleurs lui dit : « Le jambon a disparu, je ne l'ai pas trouvé.    - Ce n'est pas grave, dit la femme, on retournera demain chez Messire Bonchère.

- Oui, oui, … euh … pas de problème, répondit le voleur hésitant.

- Viens te coucher, il se fait tard.

- Attends, j'ai laissé une bougie allumée en bas, reprit le voleur.

- Bon, alors vas-y », dit la femme.

Les deux voleurs étaient prêts à descendre mais ils rencontrèrent le paysan, alors ils se cachèrent presque sous ses yeux en haut de l'escalier. L'un s'allongea et l'autre se mit à quatre pattes, dans la suite de l'escalier. Lorsque le paysan arriva au bout de l'escalier, il continua à monter, prenant le dos des voleurs pour des marches d’escalier, puis il tomba à la renverse. Le paysan se dit qu'il était mal réveillé et il retourna dans la chambre à coucher avec sa femme.

« Le jambon a disparu, je ne l'ai pas trouvé, lui dit-il.

- Mais tu m'as déjà dit ça, répondit sa femme stupéfaite.

- Mais non, pas du tout !

- Mais si tu m'as déjà dit ça tout à l’heure ! reprit-elle.

- Je ne t'ai jamais dit ça, tu as dû rêver, ou alors c'est moi qui suis mal réveillé

- Tu as peut être raison, reconnut-elle, c'était une dure semaine. »

Les voleurs prirent l'intérieur du jambon pour le manger, et le remplacèrent par de la  terre sableuse recouverte de couenne de jambon, comme si de rien n'était.

 Le lendemain matin, le couple retrouva le jambon sur la table. Une fois midi arrivé, ils se rendirent compte de la tromperie et se retrouvèrent l'estomac vide. Plus tard mais trop tard, le couple découvrit que les voleurs étaient les voisins jaloux de leur jambon.

J'ai fini de vous conter 'histoire des paysans et des voleurs, cette aventure vous montre que il ne faut jamais laisser les portes ouvertes la nuit.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 19:04

Le jambon salé
Ouvrez grand vos oreilles, je vais vous raconter l'histoire d'un paysan et de sa femme. Cette femme tomba gravement malade et elle restait couchée toute la journée.C'est le paysan qui fit les provisions cette année-là pour l'hiver. Il mit les réserves dans le grenier et le jambon près du chaudron accroché à la crémaillère.
Quand le paysan fut couché, deux voleurs pénétrèrent dans la maison.
Le paysan se réveilla, il sortit et il vit un des voleurs, il commença à le pourchasser. Au même moment, l'autre voleur, qui s'était caché vous l'imaginez bien, cherchait les réserves et surtout, le jambon.
Ne le trouvant pas, le voleur se fit passer pour le mari devant la femme. Il lui demanda où était le jambon, et la femme ne s'apercevant de rien dans l'obscurité lui répondit qu'il était devant le chaudron.
Le voleur s'empressa d'aller vérifier et, vous vous en doutez bien, de l'emporter. Mais le paysan arriva à l'instant même où le voleur sortait.
Alors une deuxième poursuite  commenca , le paysan pensait que c'en était fini de ce jambon qu'il avait salé la veille, mais un miracle le sauva : le voleur s'embourba et lâcha le jambon, le paysan eut le temps de récupérer son jambon et ses provisions.
C'est par chance que le paysan récupéra son jambon et ses réserves et que de joie sa femme se rétablit.
Comme quoi voler n'est pas toujours gagner.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 18:32

Le jambon salé

 

C’est l’histoire d’un riche paysan et de sa femme qui, la veille de Noël avaient salé un jambon pour le lendemain. Ils avaient un chien. Le soir de la veille de Noël, ils avaient laissé la porte de la maison entre ouverte pour que leur chien rentre et ils allèrent se coucher. Ce n’est pas très futé.

Pendant qu’ils dormaient, deux voleurs s’introduisirent dans la maison pour voler le jambon. Le chien, qui était resté dehors les entendit et aboya deux fois. Un des deux voleurs lui donna de nombreux os pour qu’il arrête d’aboyer.

Le paysan pourtant avait entendu du bruit et il descendit au rez-de-chaussée et vit la porte ouverte. Il pensa que c’était le chien. Il la ferma. Pendant que le paysan était au rez-de-chaussée, un des voleurs monta dans la chambre du paysan et de sa femme. Le voleur s’adressa à la femme du paysan dans le noir et dit : « Ma mie, le jambon, je ne me rappelle plus ou je l’ai mis.

- Il est peut être dans la cuisine, et puis, je ne sais pas, moi, je dors. Quand on dort, on ne pense à rien. »

 

L’autre voleur qui était dans l’étable à côté des pièces d’habitation arriva et vit le paysan, alors il se cacha. Le paysan remonta à l’étage dans la chambre sans croiser le voleur de l’étage qui se trouvait derrière la porte de l’escalier. Ce dernier descendit discrètement. Il chercha longtemps où était ce fameux jambon.  Mais dans le noir, ce n’est pas facile.

La femme dit au paysan : « Tu as été longtemps ! » puis elle se rendormit.

Bien plus tard, les voleurs sortirent de la maison et s’en allèrent, bredouilles.

Le lendemain quand les paysans se réveillèrent, le jambon était toujours à la même place. Mais des empreintes maculaient toute la table.

Ce jour-là, c’était le jour de Noël et le paysan tua une oie de son poulailler. Quand le soir fut venu quelques invités arrivèrent et passèrent un joyeux Noël à la ferme.

Cette histoire se termine bien et avec beaucoup de chance pour ce couple de paysans.

 

La morale est qu’il ne faut jamais laisser les portes ouvertes le soir de la veille de Noël.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 17:39

Le jambon, les vilains et les voleurs.

Écoutez l'histoire qui est arrivée jadis à deux vilains. Ils avaient salé un jambon pour l'hiver. Cependant durant la nuit, deux voleurs s'étaient introduits dans la chaumière pour s'emparer du jambon. Le mari, intrigué par les aboiements, se dirigea vers la cuisine, puis descendit à la cave et aperçut l'un des compères dont la tête était dissimulée derrière un fût vide. Le vilain armé d'un bâton fit frémir de stupeur ce coquin et celui-ci disparut par une lucarne située au-dessus de lui.
Son confrère qui était à la cuisine, entendit le mari remonter de la cave et sans plus attendre se dirigea (sans le savoir) vers la chambre où se trouvait la mie du mari, il en fut pris de stupeur et sans réfléchir, il se jeta sous le lit poussiéreux. La femme du vilain crut que c'était son époux, mais à peine le voleur eut-il le temps de se glisser sous le lit, que le mari entra dans la chambre et se recoucha, son bâton encore à la main. Quelques minutes plus tard, le voleur qui se désespérait, vit son compagnon à la fenêtre qui le cherchait du regard, il sortit la tête de sous le lit et se glissa à la fenêtre en toute discrétion. Puis il fit signe à son compagnon d'aller à la porte. Il sortit de la chambre et chercha, bien embarrassé, la clef de la porte que le vilain avait fermée.
Soudain, le second voleur apparut. C'était là un homme très futé de nature car il était passé par la même trappe qui lui avait permis d'échapper au bâton!
Maintenant qu'ils étaient réunis, ils se mirent à chercher où se trouvait ce damné jambon. Après une longue et agaçante recherche, ils finirent par le trouver, il était pendu à une poutre! Une fois le jambon en leur possession, ils ne demandèrent pas leurs restes et prirent la poudre d'escampette. Vous devinez bien qui fut bien embarrassé le lendemain : le mari et sa femme, bien sûr. "C'en est fait de notre jambon".
Qui rit le soir, pleure le matin.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 17:09

Je vais vous raconter l'histoire d'un riche paysan, de sa femme et de deux pauvres frères affamés.


Dans la campagne se trouvait une chaleureuse demeure, où vivaient un riche paysan et sa femme qui n'avaient jamais eu d'ennuis. Pour les fêtes de fin d'année, ils se rendirent au village pour acheter des objets pour leur famille. Mais quand ils passèrent devant le meilleur marchand de charcuterie où ils virent un merveilleux jambon tout frais, ils l'achetèrent sans hésiter, puis ils rentrèrent chez eux.

Arrivés dans leur demeure, le paysan dit à sa femme: "Femme, sale le jambon puis laisse-le reposer dans le saloir."

La femme se rendit à la cave où elle rangeait précieusement le sel, elle le prit et remonta. Elle sala son jambon et le mit, puisque son mari le lui avait indiqué, dans le saloir.

Le soir, ils allèrent se coucher mais pendant la nuit, le mari de la femme pressé par un besoin naturel, quitta le lit. Or ce qu'il ne savait pas c'est qu'une rumeur avait été lancée dans tout le village par un voisin jaloux: " Écoutez, braves gens, le jambon le plus cher de la région a été acheté ce matin par le riche paysan et sa femme."

Deux pauvres voleurs, nommés Luc et Jean, avaient entendu cette rumeur, et ils étaient bien décidés à venir voler le jambon. Ils arrivèrent le soir au moment même où le riche paysan fut au petit coin. Luc pénétra dans la chambre tandis que Jean montait la garde dehors mais dans le jardin. Mais Luc fit trop de bruit, et réveilla la femme. Heureusement, dans le noir, elle pensa que le voleur était son mari et lui dit : " Que fais-tu debout à cette heure ?

- Ce n'est rien, je voulais juste te demander où tu avais mis le jambon, lui répondit-il.

- Je l'ai rangé dans le saloir "

Le voleur se tut et se rendit dans la cuisine pour chercher le jambon.

Entre temps, le paysan remarqua que sa porte d'entrée était ouverte. Il alla la refermer, quand il vit Luc dehors mais de dos. Il pensa que c'était sa femme et lui répliqua:

"Femme, que fais-tu dehors à cette heure-ci avec notre jambon à la main?

-Je voulais qu'il soit bien frais pour demain, mais tiens, je te l'apporte," répondit le voleur avec une voix de femme. Le riche paysan alla le remettre au saloir, et pendant ce temps, le voleur pris la fuite. Le riche paysan retourna se coucher mais il entendit des bruits et vit Jean par la fenêtre dans son jardin qui appelait désespérément son frère, Luc. Cette fois-ci, il savait bien que c'était un voleur. Il prit une énorme pierre et visa Jean à la tête. Puis, sastifait, il se rendormit. Sa femme était endormie aussi. Les voleurs ne purent voler et en tirèrent une bonne leçon.
Même si l'on est affamé, le vol n'est pas une bonne solution.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 16:58

Les frères jumeaux


Je vais vous raconter une histoire qui parle de deux pauvres larrons qui vivaient à la campagne, d'un riche paysan et de sa femme.

Un jour les paysans avaient salé un jambon pour l’hiver et avaient laissé la fenêtre de la cuisine ouverte pendant la nuit car il faisait chaud. Cette nuit-là, les deux pauvres frères vinrent voler le jambon car ils avaient faim. Ils pénétrèrent dans la maison par la fenêtre ouverte. C’était extraordinaire pour eux de manger du jambon.

Malheureusement pour eux le paysan se réveilla à cause du bruit et vint voir ce qu’il se passait. L’un des voleurs, pendant ce temps, entra dans la chambre et s’adressa à la femme à moitié endormie dans le noir. Il se fit passer pour le mari et prétendit ne plus se rappeler où était le jambon. Le voleur était malin. La femme répondit et se rendormit.

Le mari revient tenant l’autre larron au collet, il l’enferma dans une armoire là où son frère s’était caché. J’oubliais : les deux frères étaient jumeaux !

Le lendemain, le paysan ouvrit l’armoire et vit deux personnes qui se ressemblaient. Il se crut fou, voyant en double alors il partit prendre une potion. Les deux frères fiers d’être jumeaux s’enfuirent avec le jambon et en passant dans leur jardin volèrent aussi quelques choux du potager des paysans.

 

Moralité : Ne vous retournez pas sans surveillance sinon gare à la fuite !

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 13:24

La richesse perdue des paysans

 

Je vais vous raconter l'histoire de deux voleurs qui n'avaient ni or ni de quoi manger. Ces deux voleurs vivaient dans une vieille maison. À côté de chez eux vivaient un riche paysan et sa femme.

 

À l’heure du coucher le riche paysan cacha son coffre plein d’or sous son lit et sala un jambon qu’il mit sur la table de la cuisine. Le paysan alla se coucher avec sa femme.

Très tard dans la nuit, les deux voleurs pénétrèrent dans la maison du riche paysan. Un des voleurs, attiré par l’odeur du jambon salé, entra dans la cuisine, l’autre montait la garde devant la pièce. Quand le voleur voulut prendre le jambon, il buta contre un banc et tomba lourdement. Le riche paysan se réveilla en sursaut en entendant ce vacarme. Il descendit et vit le voleur qui montait la garde. Le paysan se jeta sur le voleur mais celui-ci assomma le paysan puis monta dans la chambre et s’adressa à la femme du paysan :

« Notre jambon a pris la poudre d’escampette ! » lui dit-il.

Alors la femme se leva et demanda :

« La poudre d’escampette ? Mais qu’est-ce que c’est que ça ? »

Le voleur lui expliqua c’est une poudre pour s’envoler et lui dit que son vrai nom est sel. Puis le voleur regarda partout dans la chambre et trouva un coffre rempli d’or.  Il prit le coffre et s’enfuit en disant à la femme du paysan : « Je vais vous chercher le sel » et la femme, sans tout à fait comprendre, approuva. Le voleur descendit et, voyant le paysan se remettre debout, il dit à son comparse qu’il était temps de repartir. Les deux voleurs avaient maintenant or et jambon salé mais triste histoire pour les deux paysans !

 

Moralité : Vous qui avez or et jambons salés à volonté, dépêchez-vous d’en profiter. Qui rit le matin, le soir pleure, retenez cette leçon, Messeigneurs.

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 11:25

Les disparitions

Je vais vous raconter l’histoire de deux voleurs très gourmands, d’un paysan riche et de sa femme.

Les paysans avaient salé un jambon pour l’offrir au chevalier cet hiver. Il avaient acheté un rôti, du pâté et une oie qu’ils laissaient dans leur grenier en attendant le repas prévu avec le chevalier.

Le soir venu, à la veille du festin prévu de longue date, Ils allèrent se coucher. Mais ils ne se doutaient pas que deux larrons guettaient dans leur splendide jardin. Ils avaient été attirés par l’odeur du repas.

Maintenant il faut que je vous révèle comment ils sont entrés.

Ils avaient pris un tronc qu’ils jetèrent sur la porte qui tomba. L’un prit aussitôt le jambon et l’autre se cacha car le paysan avait été réveillé par le bruit assourdissant. Le paysan examina les lieux. Pendant ce temps, le larron monta dans la chambre.

« Je ne sais plus où est notre jambon ! » dit-il à la paysanne en se faisant passer pour le paysan. C’est alors que le paysan remonta. En l’entendant, le larron enfila la robe de la paysanne puis il jeta la pauvre femme par la fenêtre et se glissa lui-même dans le lit. Le paysan ne remarqua pas que c’était le larron car il faisait noir. Il se recoucha.

Pendant ce temps, l’autre voleur, qui attendait son comparse dans la cour avec le jambon, voulut goûter un peu son butin mais la femme, qui n’était pas morte car elle était tombée sur des buissons, hurla quand elle le vit. Le paysan reconnut la voix de sa femme, prit une bougie, vit le larron étendu à ses côtés et le frappa. Dans la cour, sa femme, furieuse, arrachait les cheveux de l’autre voleur et l’assomma.

Cette histoire vous montre bien que la gourmandise ne mène à rien !

 

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 09:53

Oyez, oyez, braves gens !

Jadis vivait un couple de riches paysans qui n'avaient jamais fêté Noël.

Un jour pourtant, Ils décidèrent de changer leurs habitudes et de le fêter, ils préparèrent plusieurs jambons pour nourrir leurs familles, le paysan les suspendit au plafond de leur cave pour les conserver.

Un soir, alors que les deux paysans dormaient, deux voleurs pénétrèrent dans la demeure, attirés par tous ces jambons. Mais le paysan qui ne dormait que sur une oreille entendit des bruits de chuchotements et se précipita dans la cave : tous les jambons avaient disparu !

Pendant ce temps-là, l’un des voleurs était déjà dans la chambre du couple, il se fit passer pour le paysan et dit à la paysanne :

« Femme, les jambons ont disparu et … »

Brusquement, le paysan entra dans la chambre, surprit un homme qui parlait avec sa femme et, sans réfléchir, prit son javelot qui était toujours près de la porte de la chambre, et le jeta sur l'homme qui s’écroula. La femme avait le sommeil lourd, elle ne fut pas réveillée et le paysan se coucha, rassuré, pensant qu’il retrouverait ses jambons dès le lever du soleil. Quelle nuit mouvementée ce fut pour le riche paysan !

Malheureusement pour lui, ses ennuis n’étaient pas finis : il y avait deux voleurs, l'autre avait réussi à s'enfuir avec tous les jambons et l'espoir d'avoir terminé le travail de son coéquipier.

Cette année-là encore, le paysan et sa femme ne purent pas fêter Noël avec leur famille.

Ce fabliau vous montre, braves gens, que tuer un voleur n’aide pas à retrouver les biens que l'on a perdus.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages