="fr"> histoire d'un jambon sale pour l'hiver - Libellulus
Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 07:40

 Les paysans et les voleurs tournent autour du jambon!

Venez écouter l'histoire d'un jambon salé en été !
C'était il y a longtemps, deux voleurs qui n'avaient plus ni famille, ni argent, ni toit. Tout près d'eux, vivaient un riche paysan et sa femme qui, à la mort du père du riche paysan , héritèrent d'une somme tellement énorme qu'ils ne travaillaient même plus.
Un jour, les deux paysans salèrent un jambon pour l'hiver. Quelle bêtise de saler un jambon en été pour l'hiver ! Les voleurs, ayant entendu que les deux riches paysans avaient salé un jambon, se mirent en route pour le voler. Cette nuit-là fut la pire pour les deux paysans car ils ne savaient pas ce qu'avaient préparé les deux voleurs. Ils s'approchèrent de la maison et virent le paysan, qui était somnambule, divaguer dans la cuisine avec le jambon caché sous sa chemise de nuit . Bien entendu, les deux voleurs ne virent pas le jambon caché dans l'énorme chemise en laine!
Comme les deux voleurs étaient fourbes, ils montèrent dans la chambre pendant que le mari était en train de divaguer dans la cuisine. Un des deux voleurs se faisant passer pour le mari demanda à la femme qui était à moitié endormie :
« Je ne sais plus où est le jambon, pourrais-tu me le rappeler?
La femme répondit:
- Il est sous ta chemise, tu l'as oublié !»
Tout à coup, le mari qui n'était plus endormi fit son entrée dans la pièce .
Il dit à sa femme:
«Je t'ai entendue parler, avec qui discutais-tu ?
Sa femme lui répondit:
-Je parlais avec toi et tu me demandais où était le jambon ! répondit la paysanne.Tout est possible à présent dans cette maison !
-Peut-être que j'ai fait ça dans mon sommeil,» répliqua le paysan
Les deux paysans se rendormirent pendant que les deux voleurs préparaient des fourberies. Plus tard dans la soirée, les deux voleurs revinrent dans la maison. Le paysan entra dans la cuisine en dormant et alla boire. Pendant ce temps, les voleurs étaient entrain de prendre le jambon qui était dans la chemise. Tout à coup, ils trouvèrent le jambon et l'emportèrent avec eux.
Et c'est comme çà que les deux voleurs ne décédèrent pas pendant l'hiver car ils avaient beaucoup à manger.
L'histoire de ce jambon  vous le montre : Bonne fourberie vaut mieux que bourse bien garnie.

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 07:38

Le Paysan qui se fit voler un jambon

 

Un paysan et sa femme habitaient dans une petite maison en campagne mais dans cette maison il y avait une grande cuisine.

Un jour, ils préparaient du jambon pendant que deux voleurs les espionnaient entre l'étable à côté de la pièce d'habitation et le jardin. Après avoir salé le jambon, les deux paysans allèrent le ranger dans le grenier. Puis ils allèrent dormir.

Les deux voleurs se préparaient à passer à l'action car ils avaient très faim. Ils rentrèrent dans la maison quand, tout à coup, un des voleurs tomba dans la cuisine, et en voulant se rattraper il fit tomber une marmite. Le paysan se réveilla et alla voir ce qu'il se passait. Pendant qu'il cherchait ce qu'il s’était passé, les deux voleurs montèrent dans la chambre. Un des voleurs alla interroger la femme pour savoir où était le jambon. Elle lui répondit qu'il était dans le grenier. Comme ils entendaient le paysan monter à l'étage, les deux voleurs se glissèrent au dernier moment derrière la porte. Le mari retourna dans le lit, perturbé. Un des voleurs dit à l'autre : « Il faut faire un trou dans la cloison entre la chambre et le grenier. »

 Quand ils furent enfin dans le grenier, les deux voleurs examinèrent les lieux. L’un des deux voleurs trouva le jambon salé. Ils le sortirent puis un problème se posa..... Ils ne savaient pas comment le ramener. Ils cherchèrent dans toute la maison, un voleur dit à son ami la voix basse qu'il avait trouvé un sac. Ils prirent le sac et le remplirent sans faire de bruit. Après avoir tout mis dans le sac, ils partirent tout contents avec leur jambon. Ils refermèrent la porte de la chambre où les paysans dormaient encore.

Que d'ennuis le paysan eut cette nuit-là. Mais les deux voleurs repartirent heureux. Maintenant, ils allaient  pouvoir se remplir le ventre.

Morale: Sachez rester discrets si vous ne voulez pas que vos affaires soient sues.

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 16:42

Oyez, oyez, braves gens !

Jadis, à la campagne vivaient un riche paysan et sa femme. Ils avaient salé un jambon pour l'hiver. Pas très loin, logeaient deux voleurs qui ne mangeaient que ce qu’ils volaient.
Un jour, pendant la nuit, ces larrons entrèrent dans la maison des paysans. L'un plus maladroit que l'autre bouscula la table de la salle en entrant et réveilla le paysan. Celui-ci, aussitôt,  alla voir dans la salle mais les voleurs trouvèrent où se cacher : Le plus malin entraina l'autre dans la chambre. La femme du paysan dormait et le paysan cherchait :
" Mais qu'ai-je entendu ?" se demanda t-il.
Le plus malin des voleurs chuchota dans l'oreille de l'autre :
"Va détourner l’attention du paysan pendant que je parle à sa femme, mais fais attention !"
Le voleur alla, en essayant d'être discret, remplir cette mission auprès du riche paysan. Dans la chambre, le malin resta dans le noir et réveilla doucement la femme :
" Où avons-nous placé le jambon, ma mie ? Je ne m'en souviens plus.
- Il est dans la cuisine." répliqua la paysanne avant de se rendormir.
Le voleur tout heureux de ce qu'il avait réussi à faire, sortit de la chambre et se retrouva nez à nez avec le paysan.
Son comparse, trop maladroit, n'avait pas réussi son coup et attendait devant la porte de la cuisine.
" Que fabriquiez-vous dans ma chambre ? demanda le paysan.
- Heu... hé bien..."
À ses mots, le voleur aperçut la porte de la cuisine ouverte et fit un signe des yeux en montrant du regard le charnier placé dans la cuisine. Son frère ayant compris le signal se dirigea, discrètement pour une fois, vers la cuisine, s'empara du jambon et partit vers la porte d'entrée.
"Oh regardez là-bas, un oiseau !" s'écria le malin.
Évidemment, la nuit, même les oiseaux dorment. Mais le paysan se retourna. Le malin s'enfuit,  rejoignit son frère et s'en allèrent en courant.

De cette histoire, retenez bien, braves gens, qu’un ou deux larrons bien malins valent bien un riche paysan, sa femme et son jambon fraîchement salé.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 18:30

Le vol de jambon !   

 

Écoutez cette histoire, elle parle d'un riche paysan qui vit avec sa femme dans une grande maison à la campagne. Le paysan est très travailleur; sa femme, elle, s'occupe de la cuisine. 

Un jour quand le paysan fut rentré du champ, il prépara avec sa femme, un jambon pour l'hiver, ils le salèrent puis le pendirent au plafond pour qu'il sèche.

Pendant la nuit deux voleurs pénétrèrent dans la maison pour prendre le jambon. Quand ils le trouvèrent, ils sautèrent de joie, alors ils essayèrent de le décrocher, au début ils ne purent réussir; c'est sûrement parce qu'ils n'avaient pas assez de force; mais après ils tirèrent de toutes leurs forces et ils purent le décrocher. Alors ils sortirent de la maison tout contents.

C’est alors que l'un d'eux trébucha contre un caillou, il hurla, puis il rentra dans une énorme botte de foin. L'autre larron essayait de l'aider mais le paysan se réveilla, alors, le voleur traina son ami qui s'était évanoui derrière les bottes de foin et il se cacha lui-même derrière la porte d'entrée. Le paysan sortit pour voir ce qui se passait, il fit le tour du jardin et ne vit personne alors il alla voir à sa grange et trouva derrière une botte le voleur toujours assommé. Il essaya de le réveiller mais il ne réussit pas. En même temps, Messeigneurs, reconnaissez que ce n'est pas facile  de réveiller quelqu'un qui est tombé dans les pommes !

Au même moment, le larron qui s'était caché derrière la porte, rentra à l'intérieur de la maison puis pénétra dans la chambre du paysan. Il s'adressa dans le noir à la femme à moitié endormie. Il se fit passer pour le mari, prétendant ne plus se rappeler où était le jambon.

Quand le mari revint après avoir mis l'homme qu'il avait trouvé à la cave, le larron sortit de la chambre sans faire de bruit mais le paysan, qui avait entendu des voix, se leva et l'assomma. Il avait juste fait semblant de ne rien savoir.

Peu après, le paysan emmena les deux larrons voir le chevalier pour que justice soit rendue et qu'ils soient punis. Après ça, il retourna chez lui et en rentrant dans sa cuisine, il vit le jambon : les voleurs n'avait pas eu le temps de le cacher !

En toute honnêteté ces deux larrons ne sont pas des experts en infiltration.  


Il ne faut jamais voler, Messires, quel que soit l'objet de vos désirs.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 17:35

Je vais vous raconter l’étonnante histoire d’un riche paysan et sa femme

 

Jadis, vivaient en campagne deux voleurs qui étaient pauvres et voisins d’un couple de riches paysans. Un jour, les voleurs qui étaient à cours de provisions décidèrent d’aller voler chez leurs voisins qui justement avaient salé un bon jambon la veille.

La nuit venue, les deux larrons allèrent  voler le jambon caché dans la cave de la maison du paysan et de sa femme. Quand ils pénétrèrent dans la pièce, le plus jeune des deux renversa par imprudence une jarre en verre. Le vacarme réveilla le paysan qui sortit de sa chambre et se dirigea  à grands pas vers la cave où se trouvaient les deux comparses. Ceux-ci paniquèrent quand ils entendirent les pas du paysan et ils s’échappèrent, laissant derrière eux le fameux jambon. Le temps que l’homme arrive, ils avaient déjà pris fuite et quand le paysan entra dans la pièce il s’aperçut aussitôt que le jambon n’avait pas changé de place et était _ rien d’original,  je l’avoue_ exactement à son emplacement de départ.

Pendant ce temps, les deux voleurs s’étaient aventurés dans la vaste demeure , ils avaient tardivement pris conscience de leur bêtise. « Nous ne pouvons plus revenir en arrière maintenant ! dit l’un.

-         Je l’avais remarqué ! rétorqua l’autre, agacé.

-         J’ai trouvé la solution ! s’exclama le plus vieux. Je vais rentrer dans leur chambre pour me faire passer pour le mari tandis que tu essayeras une nouvelle fois de voler le jambon, d’accord ? »

Le plus jeune acquiesça sans chercher à négocier. L’aîné se fit passer pour le mari et l’autre suivit les ordres de son frère et repartit voler le jambon .C’est là qu’il croisa en chemin le mari qui avait pris son jambon de peur que quelqu'un d’autre ne le lui vole encore.

Il assomma le jeune voleur avec et celui-ci s’évanouit sur le sol gelé par le froid. L’aîné encore dans la chambre se faisait passer pour le mari prétendant ne plus savoir où il avait mis le jambon. Quelque instants plus tard, quand il revint, le mari, aveuglé par sa colère contre le maudit brigand qu’il venait d’assommer, ne s’aperçut même pas qu’un inconnu était dans sa chambre. Ce dernier, sa mission terminée, rentra chez lui en croyant que son frère avait réussi à voler le jambon. Il était heureux à l’idée qu’ils mangeraient tous deux ce soir un bon dîner. Mais ce qu’il ne savait pas c’est qu’en réalité, son frère était toujours dans la cour des paysans, toujours assommé sur le sol gelé.

 

Moralité : Voler n’est jamais bon même si ce que l’on cherche est un bon jambon !

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:49
 Le précieux jambon  

Je vais vous raconter l'histoire d'un riche paysan vivant avec sa femme. À quelques pas de chez eux, vivaient deux frères pauvres et affamés. Noël approchait et l'un des frères dit à l'aîné :

« Jean! Viens, il faut que je te parle.

-Oui, que veux-tu me dire? répondit Jean.

-On meurt de faim ! Dans une semaine, c'est Noël et si on continue comme ça, Noël va nous passer sous le nez !

-Je te comprends, reprit Jean, mais notre dernière vache est morte au début de l'hiver.

-Oui, je sais mais j'ai réfléchi, écoute bien : j'ai entendu dire que nos voisins avaient fait saler un jambon pour Noël alors j'ai pensé qu'on pourrait aller le dérober cette nuit et on aura de quoi tenir jusqu'à la fin de l'année. »

Après quelques instants, Jean lui répondit :

« Prends un pied de biche, une brouette et un couteau et prépare-toi pour ce soir car nous irons chercher ce jambon salé ! »

La nuit tomba. Les frères se préparaient alors que le paysan et sa femme se couchaient. Arrivés devant la demeure du paysan, l'aîné, qui s'appelait Guillaume, dit à Jean:

« Je vais te dire mon plan: tu vas à l'étable, tu effraies les vaches qui vont meugler. Le paysan va se réveiller...pendant ce temps, j'entre dans la maison chercher le jambon. Dès que je l'aurai trouvé, je sifflerai, ce sera le signal. Tu viendras sous la fenêtre et je te lancerai le jambon dans la brouette. As-tu compris?

-Oui, répondit Jean d'un air sérieux. »

Puis les deux frères se séparèrent. Le soir venu, ils étaient prêts. Guillaume prit le pied de biche et ouvrit la porte, ce qui provoqua un énorme bruit. CLAAPPP!!!

Le paysan se réveilla mais il se dit que ce n'était qu'un rêve. Pourtant, lorsqu'il entendit ses vaches meugler, il prit sa hache et alla voir ce qui se passait. Il descendit jusqu'à l'étable.

Pendant ce temps, l'aîné entra dans la maison et regarda un peu partout... Pas de trace du jambon... Peut-être était-il dans la chambre du paysan?

Il ouvrit doucement la porte de la chambre et aperçut le jambon suspendu au-dessus du lit. La femme qui somnolait se réveilla à moitié. Croyant que c'était son mari, elle lui demanda:

« Où étais-tu passé? »

Le voleur, surpris, lui répondit:

« J'étais à l'étable »

Et la jeune femme se rendormit. C'est alors que le vilain prit le jambon, ouvrit la fenêtre et fit le signal. Jean arriva très vite. L'aîné lança le jambon par la fenêtre .La précieuse viande atterrit dans la brouette. Le bruit de la chute du jambon fit sursauter la femme qui sauta de son lit et hurla ! Son mari arriva, furieux, brandissant sa hache face aux deux voleurs tétanisés de peur. Ils avouèrent et demandèrent pardon au couple. Ces derniers, qui avaient bon cœur, invitèrent leurs voisins à partager le repas de Noël, le jambon était au menu ...

 

On peut rencontrer des difficultés mais voler ne doit pas être la solution, Messeigneurs ! Le partage en revanche peut en être une.

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 12:18

Le jambon salé


Puisqu'il est dans mon habitude de vous raconter des histoires, je veux dire, gentes dames et damoiseaux, une aventure qui est vraie. 
Il y avait jadis, un riche paysan et sa femme qui vivaient dans une grande ferme. C'était un paysan malin, travailleur, et c'est pour cela qu'il nageait dans ses sous. Leurs voisins très jaloux de leur argent étaient fourbes et rusés. Ce sont de très grands voleurs. Ces voleurs cherchaient à faire fortune, mais à la campagne, personne n'était bien riche à part ce paysan et sa femme, qui vivaient dans leur ferme bien clôturée. Ils s'y croyaient tranquilles.
Un beau soir, la femme dit à son mari : « Pourquoi ne pas saler un jambon pour l'hiver? »

Son mari, qui était assis près de l'âtre, approuva ! Alors la femme se mit à préparer le repas: une soupe aux lardons, un gâteau... pendant que le mari allait chercher un jambon au grenier où ils avaient coutume d'entreposer les réserves et le mettait à saler. Plus tard, il le déposa dans le chaudron accroché à la crémaillère.
Les deux voisins, sentirent l'odeur du repas sortir par la fenêtre de la cuisine. Et comme ils n'avaient que des racines à manger, ils se dirent : « Pourquoi ne pas aller prendre leur repas? »

Je pense que vous l'avez tous compris, ça allait être dur de rentrer car la ferme était bien clôturée.
Les deux bandits se préparèrent, ils s'habillèrent et partirent dans la nuit noire. Comment comptent_ils faire ? Ils ne vont rien voir !

Ils se demandèrent; comment faire pour entrer. L'un dit: «  Perçons un trou dans le mur.»

Les deux voleurs allèrent tout de suite chercher un marteau et enfin ils pénétrèrent dans le jardin.

« Est-ce une oie ? des perdrix à la broche? » se demandaient-ils en humant le fumet.

Ils ouvrirent la porte qui n'était pas fermée et arrivèrent dans la cuisine. Ils virent un gâteau fumant, du pâté et une soupe au lard sur la table. Tout à coup, ils virent le jambon salé, ils allèrent le prendre, mais firent tomber le chaudron « Paff ». Le paysan descendit voir ce qui se passait mais les voleurs réussirent à s'enfuir ... à l'étage !

Le mari, n'ayant rien remarqué d'anormal,  repartit dans sa chambre. Malheureusement les deux bandits entrèrent dans la pièce où dormait la femme et se firent passer pour le mari lorsque, comme par hasard, le paysan rentrait dans la chambre. Il vit les deux bandits qui eux s'enfuirent en courant et furent quittes pour rentrer chez eux sans rien prendre. Et le paysan ferma sa porte et retourna se coucher.

Cette aventure vous montre qu'il faut toujours demander quand on veut prendre ou emprunter quelque chose. Il faut aussi, Messires, fermer sa porte à clef !

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 10:46

LE JAMBON SALÉ

 

Il était une fois un riche paysan et sa femme. Ils vivaient tous deux à la campagne. L’hiver allait arriver alors le paysan dit à sa femme :

« Il faudrait saler un jambon pour  l’hiver ! »

Ce qu’ils firent tout de suite.

Une semaine plus tard deux voleurs pénétrèrent dans la maison des paysans, pour justement prendre le jambon fraîchement salé. Le paysan et sa femme dormaient paisiblement tandis que l’un des voleurs cherchait le jambon dans la cave. Le paysan à demi-éveillé entendit un bruit. C’était le voleur qui retournait toutes les jarres. Alerté par tout ce vacarme le paysan sortit pour voir ce qui se passait.

Pendant ce temps, l’autre compère se faufila dans la chambre et s’adressa à la femme qui était à moitié endormie. Il lui demanda où était le jambon. La femme, pensant qu’elle s’adressait à son mari, répondit :

« Mais tu ne te rappelles pas où tu l’as rangé ? »

Le voleur comprenant la situation, répondit :

« Oh ! Tu sais, j’ai dormi depuis, je ne sais plus où il est !

- Il est dans une jarre, évidemment !

- Mais quelle jarre ?

- Tu as perdu la tête ! C’est celle de la cuisine !

- Ah ! Mais bien sûr, ça me revient maintenant, rendors-toi ! ».

Et aussitôt, il se dirigea vers la cuisine.

Cependant, le paysan, qui n’avait rien trouvé d’anormal autour de la ferme, rentra se coucher. Sa femme qui ne s’était pas encore rendormie lui dit :

 « Tu l’as trouvé, le jambon ?

- Quel jambon ?

- Celui qui était dans la jarre de la cuisine ! » 

Le paysan comprit que quelqu’un essayait de le voler. Il se dirigea vers la cuisine et vit les voleurs qui avaient le jambon dans les mains. Le jambon représentait plusieurs jours de nourriture et le paysan y tenait beaucoup. Alors il prit du sel de la jarre et se mit à en lancer par grosses poignées dans les yeux des voleurs. Ceux-ci, surpris, aveuglés par la brûlure du sel, lâchèrent leur butin et s’enfuirent à toutes jambes. C’est ainsi que les malheureux durent renoncer au bon repas qu’ils avaient prévu.

 

Tel rit le matin qui pleure le soir.

 

Partager cet article

Repost0
26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 21:54

La tromperie

 

"Écoutez l'histoire qui est arrivée jadis à un riche paysan et sa femme qui, je pense, étaient près de leurs sous.

 

Deux voleurs affamés erraient par un soir sans lune. Ces deux-là passaient leur temps à tromper le monde. Ils décidèrent de voler un jambon, salé la veille par le riche paysan et sa femme.

Le soir, ils franchirent le mur de pierres, se dirigèrent vers la grange, là où reposait le jambon. À pas de loup, comme ils étaient habitués à le faire, ils essayèrent d'ouvrir la porte. Les voleurs très inquiets car la porte refusait de s'ouvrir, attrapèrent chacun une masse et chacun se mit à cogner si fort que la cloison laissa un passage dans le mur. Tous les deux, ils entrèrent dans la grange, examinèrent les lieux, et s'aperçurent que le riche paysan était dehors sur les marches et écoutait les hiboux.

 

Soudain l'un des voleurs fit craquer une branche sous son pied, voilà le paysan qui arrivait en courant vers la grange. Il vit les deux voleurs avec le jambon qui maladroitement, entrèrent dans une pièce de la maison en voulant échapper aux chiens. Les chiens de garde, dehors, trompés par l’obscurité, encerclèrent le paysan. Les deux voleurs étaient déjà dans la chambre où la femme à moitié endormie leur demanda, croyant parler à son mari ce qui se passait. L'un des deux répondit

"Ah ! Malheur, notre jambon a pris la poudre d'escampette, j’ai aperçu une silhouette dans la basse-cour, encerclée par nos chiens".

Alors sur ces paroles, la femme se leva, prit le chaudron accroché à la crémaillère, courut dans la basse-cour et versa, la soupe au lard ((celle-ci, comme vous vous en doutez,  était bouillante) sur son mari. Celui-ci détala comme un lapin traqué par des chasseurs, en hurlant de douleur.

Pendant que cette scène grotesque se déroulait, les voleurs s'en allèrent avec le jambon et partirent chercher fortune chez un autre maladroit ou naïf. La femme resta figée au milieu de ses chiens en découvrant son mari ébouillanté et son jambon envolé. C’est depuis ce jour-là que le paysan ne voulut plus jamais adresser la parole à sa femme.

 

 

Il ne faut jamais écouter les paroles sournoises d'un soi-disant vilain. Retenez-le bien, Messires ! Cette aventure vous le montre.

 

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 18:27

L'histoire du jambon

Je vais vous raconter l'histoire qui se passa par une nuit d'automne où un vilain était occupé à saler le jambon pour l'hiver. Sa femme était en train de parler avec une amie. Cette amie, était en fait la femme d'un voleur, mais celle-ci n'en savait rien.

Quand l'épouse du voleur rentra chez elle, elle raconta à son mari ce qu'elle avait entendu. Le mari aussitôt invita son compère l'autre voleur, et c'est ainsi qu'ils élaborèrent un plan pour voler le jambon du vilain.

La nuit suivante, les voleurs se faufilèrent dans la maison. Malheureusement pour nos deux compères, maladroitement ils firent du bruit en rentrant dans la maison et c’est ainsi qu’ils réveillèrent le couple de paysans. Pendant que le mari allait voir si le jambon était toujours là, un des voleurs, le plus habile je crois, se faufila dans la chambre et se fit passer pour le vilain :

« Femme, dit-il, je ne sais plus où j'ai mis le jambon.

- Regarde dans la cave, » lui répondit la femme encore endormie.

Le voleur partit sans demander son reste.

Quand le paysan revint, il voulut rassurer sa femme en lui confirmant que le jambon était toujours dans la cave.

Pendant ce temps, le deuxième voleur qui avait dû attendre que le mari fût sorti de la cave pour prendre le jambon, rejoignit son complice et tous deux filèrent avec leur butin.

Le lendemain matin, quand le vilain se réveilla, il alla voir si le jambon était toujours là. Il remonta l'escalier en trombe et dit à sa femme :

«Notre jambon n'est point à sa place, il a pris la poudre d’escampette !

-Comment ? NOTRE jambon !

-Parfaitement, NOTRE jambon !

-Mais il faut faire quelque chose et vite !

-Oui mais quoi ??

-Retournons voir mon amie, elle saura sûrement nous conseiller, » répliqua, inquiète, la femme du vilain.

Ce fut en effet ce qu’ils firent car leur amie était d'excellent conseil. Quand ils arrivèrent, le voleur montrait à sa femme le fruit de son travail nocturne. Elle, toute heureuse de découvrir le beau jambon fraichement salé, vint leur ouvrir la porte. Lorsqu'elle vit le jambon sur la table de la cuisine de son amie, la femme du vilain administra une gifle à son amie qui ne l'était plus puis elle s'en alla en pleurant. Elles ne se revirent plus jamais.

Alors retenez bien la morale de cette histoire : Il ne faut pas voler de peur de perdre vos amis !

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Libellulus
  • Libellulus
  • : publication de rédactions, créations littéraires, expressions écrites faites en classe ou libres.
  • Contact

à propos de Libellulus

Les Romains utilisaient ce joli nom de  libellulus pour désigner les petits cahiers, les livrets, les  opuscules.

Gageons que ce libellulus des temps modernes en sera un digne successeur. Il présente en tous cas au moins deux avantages sur son ancêtre : il est amplement partageable et extensible !

Le voici prêt pour accueillir, conserver, partager créations littéraires, expressions écrites de classe ou rédactions libres.

Du calame au stylet, de la plume d'oie au clavier, l'aventure de l'écriture ne demande qu'à se renouveler.

Site référencé par WebLettres

  This créContrat Creative Commonsation is licensed under a Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported License.

Recherche

Pour donner un texte à publier

Cliquez ce lien et téléchargez-le. L'identifiant est le nom de la commune de l'école, le mot de passe est le mot : concours. 

Attention ! N'oubliez pas de dire qui vous êtes ! 

1 blog, 0 carbone

 

Pages